15 mythes sur l’orientation sexuelle qui sont absurdes | billie
/fun

15 mythes sur l’orientation sexuelle qui sont absurdes

Même si où nous vivons, les différentes orientations sexuelles sont plus acceptées qu’ailleurs, il existe toujours des mythes et mauvaises compréhensions qui causent beaucoup de mal.   

  

Avant d’en démystifier quelques-uns, qu’est-ce que l’orientation sexuelle?    

Notre orientation, ou notre sexualité, définit envers quel(s) genre(s) nous sommes attirés sexuellement, et amoureusement. L’acronyme LGBT+ comprend en fait plusieurs différentes sexualités, mais aussi certaines identités de genre.    

Par exemple, le «T» qui veut dire «Trans» fait partie de la communauté LGBT, mais en lien avec l’identité de genre et non la sexualité. Une personne trans peut avoir n’importe quelle orientation sexuelle.     

  

Bref, les orientations plus répandues sont:   

* Quand on parle d’attirance, elle peut être romantique et/ou sexuelle.   

Hétéro: l’attirance au sexe opposé du nôtre.    

Gay/Lesbienne: l’attirance au même sexe que nous.    

Bisexuel: l’attirance envers les femmes et les hommes.    

Pansexuel: l’attirance envers les gens, peu importe leur identité de genre.    

Queer: un terme qui veut dire «pas hétéro». Certaines personnes préfèrent l’utiliser lorsqu’elles ne veulent pas définir leur sexualité par un terme qui pourrait être trop limitant pour eux.    

Asexuel: une personne qui ne ressent pas d’attirance sexuelle pour personne.    

Aromantique: une personne qui ne ressent pas d’attirance romantique pour personne.    

Et la liste continue.    

  

Voici donc 15 mythes sur l’orientation sexuelle qui sont totalement faux:    

1. C’est un choix  

Probablement la mauvaise compréhension la plus répandue, l’orientation n’est pas un choix. Les experts ne s’entendent pas à dire exactement ce qui «cause» l’orientation sexuelle chez les gens, mais il est évident que cela fait tout simplement partie de qui nous sommes en tant qu’individus.    

On le sait bien, on ne choisit pas qui on aime, ou qui nous attire!    

  

2. La bisexualité, c’est de l’homosexualité non avouée  

Certains croient que les gens se disent bisexuels parce qu’ils ne sont pas prêts à avouer qu’ils sont homosexuels. C’est une mauvaise compréhension de cette sexualité qui est tout simplement ce qu’elle est: l’attirance envers les hommes et les femmes.    

  

3. Ou encore, les bisexuels veulent tout avoir  

Parfois, les gens bisexuels (ou pansexuels) sont stéréotypés comme étant des gens qui vont toujours vouloir aller voir ailleurs. Le fait d’être attiré envers plusieurs genres n’est pourtant pas du tout synonyme d’infidélité.    

  

4. «C’est juste une phase!»  

L’un des mythes les plus nocifs sur les gens qui ne sont pas «hétéro», est qu’ils vont le devenir lorsqu’ils auront rencontré la bonne personne. Cela laisse entendre qu’il existe une bonne et une mauvaise orientation sexuelle, ce qui est tout simplement faux.    

  

5. Tu es l'un ou l'autre  

Pas obligé d’être 100% hétéro ou 100% gay, la sexualité est un spectrum. On peut être 76% hétéro et 24% bi, c’est différent pour tout le monde!    

  

6. Ça ne peut pas changer  

Bien que la sexualité n’est pas une phase, elle peut «changer». Tout est possible! Quelqu’un pourrait croire qu’il est hétéro toute sa vie, pour finalement tomber un jour en amour avec quelqu’un du même sexe.    

  

7. Les gens qui ne sont pas hétéros trompent plus leur partenaire   

Dans toutes les sexualités, un couple peut choisir d’être ouvert ou pas. C’est un mythe de croire qu’il y a un lien.    

  

8. On peut deviner l’orientation de quelqu’un en les regardant  

Il ne faut jamais assumer l’orientation sexuelle de quelqu’un simplement par son apparence.    

  

9. «C’est correct, en autant que je ne les vois pas...»   

Les gens qui disent qu’ils ne sont pas homophobes, mais qu’ils ne veulent pas voir de couple du même sexe en public ou à la télé sont homophobes. Même chose lorsqu’ils disent qu’ils ne veulent pas que leurs enfants voient cela. Pour un enfant, voir différentes sexualités tôt ne va pas les «mélanger», cela va tout simplement leur démontrer la réalité.     

  

10. Les drags queens sont tous homosexuels   

Une majorité, peut-être, mais pas nécessairement.    

  

11. L’orientation sexuelle a quelque chose à voir avec l’identité de genre   

Certains peuvent croire que, par exemple, une femme lesbienne voudrait être un homme. Les deux choses n’ont absolument aucun lien! L’attirance sexuelle envers un genre ne veut pas dire qu’on voudrait être le genre opposé, c’est encore une façon très arriérée et hétéronormative de voir les choses.    

  

12. C’est un mode de vie   

Un peu comme dire que c’est un choix, il n’existe pas un mode de vie LGBT. On a tendance à associer certaines professions à certaines sexualités, mais pas tous les maquilleurs sont gays et pas toutes les athlètes sont lesbiennes.     

  

13. Des parents homosexuels vont donner des enfants homosexuels   

... non.    

  

14. L’asexualité n’existe pas   

Elle existe, et ne leur dites surtout pas qu’ils n’ont pas encore «rencontré la bonne personne».    

  

15. Ton ami(e) homosexuel(le) est automatiquement en amour avec toi   

Peu importe notre orientation sexuelle, on n'est pas automatiquement en amour avec, ou même intéressé pas une personne du sexe qui nous attire. Alors le gars qui a peur qu’un des membres de son équipe sportive soit gai parce qu’il ne veut pas se faire cruiser dans le vestiaire peut se calmer.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus