Caroline Néron dévoile 6 choses qu'elle aurait aimé savoir avant de se lancer en affaires | billie
/homepage

Caroline Néron dévoile 6 choses qu'elle aurait aimé savoir avant de se lancer en affaires

Se lancer en affaires peut être quelque chose de terrifiant. Ce n'est pas tout d'avoir la fibre entrepreneuriale, il faut aussi oser quitter le confort. 

C’est en quelque sorte ce que la Dragonne Caroline Néron a dû vivre lorsqu’elle a lancé sa compagnie de bijoux en 2004.

L’interprète de Colle-toi à moi a appris le rôle de chef d’entreprise «sur le tas», sans plan d’affaires. En la rencontrant, elle nous a d’ailleurs expliqué ce qu’elle aurait aimé savoir avant de lancer sa compagnie, qui a réussi à se populariser au Québec et même en Europe.

«J’aurais aimé savoir...»

1- Que la crédibilité vient avec les années...

«En commençant, je n’avais évidemment pas d’expérience et bien que j’étais motivée, il pouvait arriver que je ne sois pas prise au sérieux, j’étais nouvelle dans le milieu. Il ne faut pas sous-estimer l’expérience que la vie peut t’amener en travaillant fort, tu ne peux pas acheter ça.»

2- Qu’on doit avoir les moyens de nos ambitions...

«J’ai voulu développer ma marque trop rapidement à Paris. Ce que je ne réalisais pas, c’est que pour se lancer à l’international sur un marché différent, il faut avoir les moyens d’y aller, de s’y déplacer souvent et d’y investir beaucoup de temps. On m’avait accordé un prêt de 250 000$ que j’ai dépensé en un mois, je n’avais pas les reins assez solides. J’aurais aimé savoir que cette démarche me coûterait excessivement cher. Je suis revenue ici pour solidifier la base, engager du personnel et concentrer mes efforts pour plus tard retourner à Paris et que tout se déroule bien.»

3- Qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier...

«Il faut oser aller vers plusieurs fournisseurs. C’est important de ne pas se fier à une seule personne pour toute votre production. Si on lance une entreprise, c’est pour avoir le contrôle de nos idées et non que quelqu'un ait du pouvoir sur nous. C’est un stress qu’il est possible d’éviter et il ne faut pas avoir peur d’envisager plusieurs options.»

4- Qu’il faut s’entourer de personnes inspirantes...

«Un entrepreneur doit être fondamentalement positif. Avant de commencer, je voyais beaucoup de gens autour de moi qui accomplissaient ce que je rêvais de faire. J’étais à un tournant de ma vie où je me posais énormément de questions et quand on a la tête pleine de projets, c’est important de s’entourer de personnes qui t’élèvent et non te ralentissent. Avec du recul, je me rends compte que ces personnes-là ont eu beaucoup d’influence sur moi.»

5- Qu’il faut lâcher prise...

«Beaucoup d’entrepreneurs vont vouloir que leur produit soit parfait avant de le lancer officiellement, mais un moment donné, il faut lâcher prise et juste... le lancer. Moi, j’ai changé de nom d’entreprise deux fois et personne ne s’en souvient. Je suis passée de Ice Crystal à Coquette à Caroline Néron. Il ne faut pas avoir peur de se renouveler et de peaufiner le produit, il faut faire confiance au temps et aussi à nos consommateurs.»

6- Que le marketing tient une place énorme...

«C’est quelque chose que j’ai un peu sous-estimé dans mes débuts. Le marketing n’est pas juste dans la publicité, c’est dans l’emballage, les cartes d’affaires, le site web, la présence sur les réseaux sociaux, dans le décor des boutiques, etc. C’est avec le temps que j’ai appris comment faire pour véhiculer les valeurs de l’entreprise à travers le marketing et que ce soit cohérent.»

 

À lire aussi

Et encore plus